“Le chant, c’est du corps”

C’est la découverte du confinement : entre deux concerts improvisés, Roxane Paradinas partage ses reprises de morceaux qu’on pensait connaître et dont elle nous dévoile un autre aspect : Asaf Avidan, Benjamin Clementine, Bigflo&Oli,… “Le chant, c’est du corps” affirme Roxane, et c’est confirmé par ses sons qui mélangent gospel, chant lyrique, et looping pour composer des mélodies incarnées et épurées, principalement a cappella. Toujours adepte d’explorations musicales et vocales, la jeune chanteuse a également écrit ses propres chansons dans son EP “À vos souhaits” dont le titre Plume est la star.

Salut Roxane !

Bien le bonjour Laetitia ! Merci pour l’oreille que tu as prêtée à ma musique !

Roxane Paradinas, c’est ton vrai nom ou un pseudonyme d’artiste ?

Quand on a un nom de famille avec “paradis” dedans, ça donne envie de le garder…

La première vidéo de ta chaîne YouTube, un cover de Rihanna, a été postée en mai 2016, il y a pile 4 ans. Comment qualifierais-tu ces quatre premières années de ta carrière musicale ?

Ces quatre années ont été un chemin de découvertes et d’explorations. Au début ma musique reposait sur le duo piano/voix. C’est avec ce style que j’ai participé à La Nouvelle Star, une expérience aussi dense et challengeante. Mais ensuite j’ai voulu explorer une musique plus personnelle, ce que j’ai pu faire grâce à ma collaboration avec un label indépendant.
Récemment, je me suis beaucoup posée de questions sur la direction artistique que je voulais suivre, d’où cette période de recherche depuis quelques mois. Ma rencontre avec le gospel depuis trois ans me rend extrêmement sensible aux polyphonies vocales, au travail harmonique, au chant en chœur. J’ai également découvert le chant lyrique avec mon professeur Philippe Bodin au Conservatoire du Kremlin-Bicêtre.

Depuis fin Août, j’ai intégré le CFMI (Centre de Formation de Musicien.ne.s Intervenant.e.s) d’Ile-de-France. Nous sommes en grande partie formé.e.s pour intervenir en milieu scolaire. Là-bas, tout est prétexte à être musicalisé. Travailler avec les enfants c’est un terrain de jeux, de recherches et d’expérimentations infinies.

Le chant c’est du corps, et notre corps sert de médium pour transmettre.

Qu’est-ce qui t’a donné envie d’écrire tes propres chansons ?

J’ai voulu mettre en mots ce qui me traversait, ce que je voyais, ce qui me révoltait, ce qui me faisait douter. En réalité, j’ai plutôt eu besoin d’écrire pour moi, pour extérioriser. Et en écrivant, j’avais cette volonté de mettre de la forme au creux de ces mots, pour « sublimer » (bonsoir Freud) ces pensées.

Pour mon premier EP “À vos souhaits !” sorti en 2018, j’ai travaillé avec Ben Samama qui m’a introduite au ukulélé et à la MAO (musique assistée par ordinateur) : une façon d’introduire de la diversité et de la modernité dans les sonorités.
Depuis Janvier, j’écris quotidiennement et sous forme de poème. De ces poèmes naissent des phrases musicales, ou non. Parfois, j’écris et ça déborde. Le cadre, le jeu avec les mots, c’est un excellent moyen pour canaliser son énergie et son mental.

Je t’ai découverte grâce à des vidéos que tu postes sur Facebook pendant le confinement où tu chantes en t’accompagnant de ta propre voix. Tu peux me parler de ce dispositif ?

Je chante avec un looper (ou loop pedal), branché en direct avec un micro, et le tout sur un ampli. C’est magique, parce que le concept est très simple : tu appuies sur la pédale de gauche, ça enregistre une boucle, et tu la clôtures avec un deuxième coup de pédale. Sur cette première proposition, tu rajoutes des nappes, et de là sortent de délicieuses lasagnes.

Au départ, je me suis penchée sur des morceaux de Gospel (« This little light of mine », d’Harry Dixon Loes, « He’s able » de Deitrick Haddon, ou encore « Once more » de Miriam Schäfer – une auteur-compositrice-interprète de gospel que j’admire beaucoup). Dans le gospel, le.a soliste peut faire un travail considérable d’improvisation sur des chœurs déjà en place. Ça m’a donné envie d’essayer d’autres chants que je n’avais pas encore pratiqués en chorale. J’ai voulu saisir leurs structures puis les déconstruire pour en proposer une version loopée (pas loupée (haha (…))) !

Une actu à venir prochainement ? Un concert où te retrouver, la sortie d’un nouvel EP ?

Les seules informations certaines : des prochaines « reprises confinées pas loopées » à venir !

Merci Roxane pour cette discussion. Le meilleur pour la suite !

Par Laetitia Germain-Thomas, le 06.05.2020

Crédit photos : ©TraîtresYeux