Premier EP pour l’artiste Mont Joseph, qui a répondu a nos questions pour cette occasion particulière. Un EP oscillant entre pop et electro planante, Mont Joseph vous surprendra a coup sûr. On écoute :

Bonjour Mont Joseph et bienvenue sur le mag ! Qui es-tu au juste ?

J’aimerais tellement avoir une réponse précise à cette question…! Ça me sauverait des années de thérapie et de lectures astrologiques…

Je dirais, cette fois-ci, que je suis quelqu’un qui aimerait partager sa sensibilité et trouver un peu de réconfort face à la folie du monde.

Tu viens de sortir ton premier EP « Paradis », que peux-tu nous dire à son sujet ?

Paradis contient cinq chansons sur lesquelles nous avons travaillé pendant plusieurs mois, avec Gauthier Quatelas (pointe noire, Lisbonne), et Pierre-Alain Grégoire (AGAPE). Je les voulais dures et dramatiques tout autant que frivoles et pures. Un mix émotionnel entre le grave et le subtil, pour refléter le sujet que je voulais aborder et qui m’a permis de commencer à chanter : la rupture amoureuse. C’est dur de se prendre au sérieux sur un sujet aussi banal. Mais comme je le dis souvent, il n’y a que l’amour et la mort comme sujet, tout dépend de la teinte intermédiaire.

Un premier EP, ça représente quoi pour toi ?

C’est une certaine consécration, la résolution d’une histoire – enfin ! Mais c’est aussi pouvoir désormais regarder vers l’avenir. Je ne l’imagine que plus musical et expérimental, et terminer ce premier EP pour le proposer, c’est avancer et mieux définir ses choix futurs. Le passé est ce qui n’est plus, et pourtant on dit qu’il est ce qui nous définit. C’est dur de se sortir du passé lorsqu’il est gravé dans un projet artistique… Ce premier EP c’est une première pierre à l’édifice d’une belle aventure artistique, mais il faut que j’apprenne à surpasser le poids du passé qu’il représente.

Tu as également fait un clip pour accompagner ton titre « Dolce Baci », comment a t-il été réalisé ?

J’ai d’abord écrit une nouvelle que j’ai partagé avec la réalisatrice, Marianne Barthélémy. Je voulais un clip-film, qui mette en avant une narration plus qu’une mise en images d’un chanteur. Et elle a très rapidement travaillé l’idée d’une sculpture à qui l’on redonnerait vie. La nouvelle s’appelle « ROMA » et peut se lire sur mon compte insta.

Et après, que prévois-tu ?

J’ai un objectif assez précis mais la route pour l’atteindre n’est pas bien délimitée… J’ai accumulé pas mal de chansons donc je suis fier, qui représentent mon univers et ce que j’aimerais communiquer, et je souhaite arriver à les mettre toutes en musique. Je travaille en ce moment à l’arrangement des prochains morceaux, sur d’autres thèmes, plus vastes, parfois un peu plus politiques.

Un mot pour la fin ?

Merci pour l’interview, et à très bientôt en concert ?