Premier article et première interview ici, on parle aujourd’hui de Beach SCVM ! Ils nous dévoilent « Forever Sunday », un appel à prendre l’air, se faire caresser par le soleil et le brise matinale. On écoute :

Hello ! Première rencontre ici, qui êtes-vous ?

Salut, up the shaka ! Nous sommes Beach Scvm (à prononcer Beach Scum, c’est un « u » typo romaine).
On est un trio de surf pop, surf punk de Toulouse. Le groupe est composé de Lucas à la basse et aux chœurs, Maël à la batterie et aux chœurs aussi, et enfin de Matteo à la guitare et au chant. A travers notre musique on essaye de transmettre une vibe estivale, insouciante, toujours très positive.

Quelle est l’histoire de votre groupe, et d’où vient votre nom de groupe : «Beach Scvm» ?

Alors Beach Scvm, à la base ça a commencé comme un projet solo (de Matteo), puis j’ai vite compris que les lives tout seul ça manquait d’énergie (je jouais avec les play through basse/batterie directement en façade..) donc j’ai rencontré Maël (batterie) et ça a direct marché, on a joué un an et demi en duo puis au fur et à mesure des concerts on a pensé a inclure une basse, pour remplir le spectre, et la boum Lucas est arrivé, il connaissait déjà tout les morceaux, ça a marché instantanément. Du coup pour ce qui est du nom, ça veut dire « raclure des plages » mais aussi « écume de plage », j’ai l’habitude de traîner à la plage depuis petit à Gruissan (lieu de toutes mes inspirations) donc c’est un clin d’œil à ça, mais aussi étant très grand fan de Pokémon, tous les dresseurs ont des noms du genre « Loubard de la piste cyclable » ou « Pêcheur Matteo » donc c’est aussi un petit clin d’œil à ce jeu.

Vous sortez aujourd’hui votre nouveau titre «Forever Sunday», quelques mots la-dessus ?

Ouiiii, on est super fiers de ce morceau! On l’a enregistré chez Lucas en 3h en composant tout au fur et à mesure on était en transe genre « oh les meeeecs ce morceau il est juste incroyable ».
Ce morceau parle d’un monde idyllique où chaque jour serait Dimanche, mais aussi de cette sensation plaisante de sortir et d’être caressés par le soleil, par la brise agréable d’un matin d’été qui vous donne cette sensation de plénitude et le sourire. Le morceau traite aussi de la nostalgie d’amours d’été éphémères, de l’oubli du temps qui passe… Pour le clip on a utilisé des morceaux de concerts, et des b-sides (on filme souvent des choses hors concerts, plus sur la vie du groupe).

Et après ?

Après, on a déjà enregistré un autre morceau, il manque a poser les voix mais en période de confinement on peut pas vraiment finir mais ça ne saurait tarder. Pour les prochaines dates elles sont toutes reportées à cause de la crise sanitaire.. on est vraiment dégoûtés que ça arrive, on devait jouer au Décroche le Son le 6 Mai (tremplin bien connu à Toulouse, Bigflo et Oli sont passés par là), on s’est qualifiés pour le tremplin du Pernorock Festival à Lille on devait y jouer en Avril, on s’est également qualifiés pour le tremplin du Climax festival et on devait aller jouer à bordeaux le 3 juin à Darwin, et enfin comme grosse date on devait jouer lors du défi Wind à Gruissan qui est là plus grosse compétition mondiale de Wind-surf.. les boules.