« Vissi d’arte vissi d’amore », Maria Callas

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=u9sq3ME0JHQ&w=560&h=315]

Avec Talent : Salut, qui es-tu ?

Johanna Olk : Je suis Johanna, j’ai 24 ans et je suis illustratrice et tatoueuse. Entre deux déplacements, je vis tranquillement à Guéthary dans le Sud Ouest de la France.

A-T : Parle nous de ton projet !

J-O : J’étais en troisième année d’études de design, j’ai montré mes dessins à Si, un ami ayant un magasin à Nantes, House of California. Il m’a proposé de faire une expo. On l’a faite pour mon anniversaire, il y a eu beaucoup de monde à la soirée, surtout des amis ou d’autres étudiants de mon école mais aussi des gens là par hasard et qui m’ont par la suite proposé des collaborations. Ça a commencé comme ça et je n’aurais jamais cru que je puisse vivre un jour de mes illustrations.

A-T : Que recherches-tu à travers tes illustrations ?

J-O : J’ai étudié le design industriel et j’ai toujours aimé les objets d’une beauté intemporelle, basés sur une réduction au stricte nécessaire. J’aime ce qui est simple tout en étant capable de créer une émotion. Mon travail, d’abord en graphisme puis aujourd’hui en illustration, tente donc probablement de reprendre ces problématiques. Durant mes études j’ai aussi passé beaucoup de temps à étudier les gens, du modèle vivant à la sociologie. J’aime donc les dessiner mais plus généralement j’apprécie représenter la banalité du quotidien.
J’ai toujours fait des dessins simples mais c’est en m’essayant à la linogravure que j’ai commencé à représenter des scènes en négatif. Je cherchais depuis un moment à créer des images toujours plus fortes graphiquement et c’est en expérimentant cette technique que j’en suis arrivée à ce que je fais aujourd’hui.

A-T : Comment t’es-tu retrouvée à tatouer ?

J-O : J’ai commencé à m’intéresser aux tatouages très jeune. J’étais mal dans ma peau et je voyais en eux une manière d’embellir un corps que je n’aimais pas. L’idée de tatouer est arrivée pendant mes études grâce à mon ami Ivan 14, nous étions dans la même classe et il avait acheté une machine. Cet univers m’intriguait vraiment mais ce n’est que 2 ans plus tard que je m’y suis vraiment mise. Tout s’est ensuite fait très vite, je n’avais pas prévu de devenir tatoueuse, j’étais simplement curieuse car j’aime beaucoup expérimenter de nouvelles techniques. J’ai toujours vu le tatouage comme une forme d’art où le support serait vivant. Mon idée de départ était donc vraiment uniquement de transposer mon travail en illustration sur la peau. Je voulais proposer quelque chose de nouveau que je n’avais pas réussi à trouver ailleurs. Aujourd’hui je me rends compte que le rapport humain ainsi que le moment même de la réalisation du tatouage sont également très importants. Je m’y intéresse de plus en plus car ça va réellement au-delà de simplement retranscrire sur une peau ce qui pourrait être fait sur une feuille de papier.

A-T : Des projets pour bientôt ?

J-O : J’ai prévu de bouger beaucoup plus pour tatouer, plusieurs collaborations en illustration, des expositions et quelques projets personnels sont à venir d’ici la fin de l’année !

L’espace de travail

Processed with VSCO with b5 preset

La Carte d’Identité

JOlk

Les Vêtements

JOHANNA OLK :