« If you can’t stop thinking about it, don’t stop working for it », AnotherLand

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=r4e85Q5Fvng&w=560&h=315]

Avec Talent : Qui es-tu ?

AnotherLand : Pour répondre à ta question, je commencerai par dire que je suis espagnol, et après pas mal de voyages j’ai fini en France, à Bordeaux plus précisément. C’est dans l’Entre-deux-mers, près de Bordeaux, que j’ai appris à parler français, et au Bassin d’Arcachon, au Cap-Ferret, là où je travaillais tous les étés. J’étais commerçant, et au debut, j’emmenais des t-shirts de Thaïlande pour les vendre dans les marchés. En gros, quand je voyageais, je découvrais des nouvelles façons de travailler le textile et, dans les marchés, je pouvais tester les produits. Petit à petit, j’ai développé une vraie passion pour le textile et les accessoires de mode.
La marque que je développe en ce moment, AnotherLand, est née de la synthèse de toutes mes années de voyages et saisons. Je viens de déménager sur Paris, et je vais être papa avec la femme que j’aime, Francesca, de Rome et qui travaille sur Paris. J’ai dû presque tout arrêter subitement et me réadapter à ma nouvelle situation. Déjà, l’espace est plus réduit sur Paris pour stocker mes produits et, deuxième contrainte, toute ma vie et mon réseau se trouvaient sur Bordeaux. Je connais à peine du monde sur Paris… Et c’est à ce moment-là que j’ai décidé de tourner l’omelette comme on dit en l’Espagne, de retourner la situation à mon avantage et de créer quelque chose de nouveau de toutes pièces. J’aime les changements et j’aime aussi les challenges. Je me suis lancé dans la création d’une marque dédiée à la customisation et à la personnalisation de vêtements. Je me suis dit que c’était une puissante forme d’expression et je me suis fait vraiment plaisir à l’heure de créer la première collection. J’ai pris mes meilleurs dessins, j’ai demandé de l’aide à des potes et, maintenant, je développe aussi des licenses d’artistes afin d’offrir les dessins sous la forme de broderies, pin’s et patchs les plus originaux et actuels possibles.

A-T : Parle-nous de AnotherLand, qu’est-ce qu’on y trouve ?

A-L : La marque développe en ce moment cinq matières différentes d’accessoires textiles. Ce sont des accesories pour décorer ou réparer les vêtements, plus communément connus sous le nom de «patch».
Chez Another Land, on trouve d’abord des écussons thermo, en plusieurs tailles, avec des motifs très originaux. J’essaye d’adapter les dessins à tous les publics, mais pour cette catégorie j’ai décidé de privilégier un univers éventuellement plus enfantin. Continuant avec les broderies, on y trouve deux autres catégories : les écussons brodés à la main à coudre dans les vêtements pour les vrais fans de customisation, mais aussi les lettres et les numéros, comme sur les vestes des universités américaines et avec une typographie tout aussi sympa et originale. Pour finir, et pour un public un peu plus adulte, on a des pin’s et des badges. Les pin’s sont faits en métal avec un fermoir au dos, tout comme les badges, ronds, avec l’épingle derrière pour qu’ils tiennent dans les vêtements. Avec tous les motifs, on essaye de créer un univers propre à la marque et en même temps facilement combinable et abordable pour tout le monde. Le but de la marque est de véhiculer une image fun des vêtements, de donner un large choix aux gens, tout en restant à la mode. Pour ça, on utilise les dernières techniques pour combiner différentes matières et créer des produits qualitatifs et sophistiqués.

A-T : Comment t’es venue l’idée de faire des patchs, des écussons et des pin’s pour vêtements ?

A-L : L’idée est née à l’heure de créer une nouvelle collection pour la marque de vêtements que je vendais au Cap-Ferret. J’avais beaucoup de dessins depuis que j’avais commencé dans les marchés. Je les développais sous la forme d’impressions et de broderies pour des t-shirts, des sweats à capuche, des polos, des casquettes, des débardeurs, des vestes zippées… Une marque d’été quoi. Pour la «collection» 2016, collection étant un grand mot à l’époque, j’avais décidé de créer chaque dessin Cap-Ferret en petit format, sans support ; c’est-à-dire sous la forme d’un patch. Finalement, j’avais trouvé le nouveau moteur de ma nouvelle collection. Sans aucune prétention, l’idée prit de l’ampleur avec les premiers motifs et pour l’été je démarrais la saison avec une soixantaine de modèles différents. La tendance, de son coté, avançait à grands pas. D’abord Zara s’est lancé au mois d’avril avec la pub de sa prochaine collection de bombers pour enfants. Tout l’empire Inditex y a mis sa patte pour les collections suivantes et les nouveaux modèles sont apparus sur Paris vers la mi-avril 2016. Ce n’était pas fini : il s’est exporté partout et chaque marque propose une offre différente. Les broderies viennent notamment d’Italie, pays qui fait vraiment tendance dans le sujet et qui domine sur la scène du luxe. À mon échelle, je ne pouvais pas proposer dans le marché une vraie collection de prêt-à-porter inspirée des écussons, mais je pouvais offrir, à ma vitesse, ce que je trouvais de meilleur dans chaque domaine de la personnalisation de vêtements à un prix abordable pour tous. Chacun pourra se retrouver dans ma première collection et elle sera bientôt en ligne.

A-T : Des projets en cours ou pour bientôt ?

A-L : En ce moment mon projet c’est de créer une structure cohérente qui puisse offrir de nouvelles aventures aux clients. J’essaye de véhiculer des messages sympas et fun avec mes écussons et mes broderies. Mon idée serait également de me faire connaître afin d’arriver à un public plus large.

L’espace de travail

AnotherLET

La Carte d’Identité

anotherland

Les Créations

ANOTHERLAND :